Psychanalyses et Psychothérapies Analytiques

La psychothérapie psychanalytique est une thérapie verbale, ambulatoire, dont la durée est relativement longue. Le patient et le psychothérapeute ont des entretiens à intervalle régulier en face à face. La fréquence des entretiens est déterminée conjointement dès le début de la thérapie, mais elle est en général hebdomadaire.

Comme la psychanalyse, dont elle est issue, la manière de travailler de la psychothérapie psychanalytique repose sur la règle fondamentale de l’association libre. Le patient est invité à dire tout ce qui lui passe par la tête, ce qu’il ressent, à quoi il pense et ce qu’il fantasme. Le psychothérapeute écoute et essaie de comprendre avec son patient la signification des plaintes et des symptômes. A mesure que le lien entre le thérapeute et le patient se développe, il y aura aussi des sentiments qui vont émerger qui sont difficiles à mettre en mots, soit parce qu’ils sont chargés d’émotions fortes, ou soit parce qu’ils n’ont pas encore trouvé leur signification ou la forme d’une pensée suffisamment claire. Souvent de tels sentiments seront éprouvés pour la première fois dans la relation avec le psychothérapeute. Celui-ci peut alors, en analysant plus profondément cette charge émotive, établir un lien avec des expériences pénibles du passé du patient. Sous l’effet de cette expérience partagée et de cette réflexion commune, le vécu intérieur pourra être approfondi, ce qui enrichira et fortifiera à son tour le monde intérieur du patient. Le but de la psychothérapie analytique n’est pas seulement une diminution des symptômes et des plaintes, mais aussi l’acquisition d’une autonomie et d’une prise de conscience plus grande du discernement, de la pensée et de l’agir.

La psychanalyse se distingue de la psychothérapie psychanalytique par une fréquence plus grande des séances, et par l’utilisation du divan. Le fait qu’il y ait davantage de séances par semaine permet une analyse plus en profondeur, en prenant notamment le temps de bien analyser les rêves et les associations de l'analysant. La position allongée permet à l’analysant de mieux se relâcher, ce qui facilite le contact avec des couches plus profondes du soi et permet de faire émerger le monde intérieur. Chez les patients pour lesquels la régression est déconseillée, car elle risquerait d’être trop intense, l’analyste recommandera la situation en face à face.

Nous sommes tous formés à la psychanalyse, mais nous pratiquons aussi la psychothérapie analytique avec les personnes qui ne désirent pas entreprendre une psychanalyse, ou pour lesquelles la psychothérapie analytique est plus indiquée.